La tribu des bullistes

Il existe de par le monde de nombreuses tribus indigènes* qui vivent en complète autarcie du monde civilisé. Dans les îles Andaman d’Inde, il y a les Sentinelles et les Jarawas, au Pérou ce sont les Mashco-Piro, il y a aussi les Pintupi d’Australie ou les tribus de Papouasie Nouvelle Guinée mais connaissez vous la tribu des bullistes ?

Photo Jimmy Nelson

salon maison bulle

Des conseils, idées, techniques sur la construction d'une maison bulle bioclimatique enterrée.

Accédez au club privé et découvrez des trucs, astuces, techniques, idées... sur comment construire une maison de 20 à 50 m2, sans chauffage, intégrée au paysage, facile a construire seul...

La tribue des bullistes

Qu’est ce que les bullistes ?

Les bullistes ne sont pas des chasseurs-cueilleurs, ni des nomades mais sont en général sédentaires. Ce sont des constructeurs. Leur habitat est rond, en forme de bulles de savon. Certains construisent des domes en bois, d’autres en terre mais la plupart utilisent la méthode du voile de béton. Leurs maisons sont souvent appelées des maisons bulles mais pour eux ce sont surtout des maisons adaptées aux besoins des habitants. Tout récemment, une tribu se démarque du lot, la tribu des maisons bulles enterrées.

D’où vient la tribu des bullistes ?

A l’inverse des tribus indigènes qui semblent peu à peu disparaitre, la tribu des bullistes est récente et serait même en plein développement. Elle est née dans les années 1950/1960. Ses premiers habitants s’appelaient Pascal Hausermann, Antti Lovag, Jean-Louis Chanéac, Javier Senonsiain, Peter Vetsch, Etienne Fromanger… On ne sait pas vraiment d’où ils viennent mais on sait qu’ils ne repartiront pas car chacun de leur coté, ils ont rêvés et veulent transmettre leur vision d’un monde meilleur chacun a leur façon.

Apogée de la tribu

C’est à partir des années 1970 à 1990, que les tribus bullistes ont leur apogée. En effet, à ce moment là, le petit groupe fédère autour de lui d’autres bullistes de différentes régions françaises : Antonio Benincà dans la Loire, Joël Unal en Ardèche, Daniel Bord dans l’Aude, Christian Roux dans le Rhône, Pierre Colleu dans la Drôme…

Combien sont ils ?

Si dans les années 2000, on pouvait estimer le nombre de ces tribus à une trentaine, ils seraient aujourd’hui plus d’une cinquantaine et ne seraient plus considérés comme une tribu mais comme un peuple, presque une nation. Leur nombre grandissant, plusieurs ramifications se développent ; Chantal et Luc Gribaldo construisent une maison bulle passive basée sur le Feng Shui, Evelyne Adam construit un Kerterre ou une maison en terre, tandis que Adriana et Philippe Delage construisent une maison bulle bioclimatique enterrée.

La tribu des maisons bulles enterrées

Conscient des enjeux énergétiques et environnementaux importants à résoudre dans les prochaines années, la tribu des maisons bulles enterrées prône un habitat bioclimatique, enterré et intégré dans le paysage, profitant de l’inertie de la terre, frais l’été et chauffé par le soleil l’hiver. Sa conception innovante basée sur la structure des maisons en voile de béton et la technique du parapluie isolant est expliquée et démontrée lors de stages de formation en immersion totale sur un chantier de construction à Montgivray dans l’Indre (centre de la France) avec l’intelectruel Antonio Benincà et l’auto constructeur Philippe Delage.

*Tribus indigènes

Découvrez les dernières tribus indigènes immortalisées dans le livre de Jimmy Nelson.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.