GreenPod concept

Avec le réchauffement climatique et la crise du logement, il devient indispensable aujourd’hui, de repenser l’habitat de demain.

salon maison bulle

Des conseils, idées, techniques sur la construction d'une maison bulle bioclimatique enterrée.

Accédez au club privé et découvrez des trucs, astuces, techniques, idées... sur comment construire une maison de 20 à 50 m2, sans chauffage, intégrée au paysage, facile a construire seul...

  • Devons nous continuer à construire des maisons « cubiques » dites « traditionnelles » (par rapport à quoi ?), fonction de m2, souvent trop grandes ou mal conçues, alors que d’autres solutions existent ?
  • Pourquoi toujours construire avec des toits en pente et des greniers qui restent vides ?
  • Doit-on obligatoirement suivre les normes ? Même si avoir une chambre de 9m2 ou une salle de bain de 3 ne veut rien dire si l’espace n’est pas adapté aux besoins des occupants.
  • Devez vous continuer à vous endetter sur 20 ou 30ans pour faire construire une maison qui s’avèrera avec le temps bien souvent trop grande, lorsque les enfants seront partis, et où vous passerez votre temps libre à entretenir, laver, désherber, repeindre, réparer…
  • Ou construire seul une petite maison, adaptée à vos vrais besoins, sans chauffage, sans entretien extérieur, sans crédit, écologique, bioclimatique, économique… La maison idéale me direz vous ? Non certainement pas, car pour moi la maison idéale n’existe pas, et je vous dirais pourquoi un autre jour dans une prochaine vidéo.

Cette petite maison, c’est mon projet GreenPod. Green pour le vert, la nature, la couleur de l’espoir et de la chance, et Pod pour le petit espace de vie, la nacelle, le cocon.

GreenPod c’est surtout l’aboutissement, le résultat de mes recherches sur l’habitat, le fruit de mon expérience d’auto-constructeur de maisons bulles, mes diverses rencontres d’architectes et auto-constructeurs « bullistes », et du vivre mieux dans moins d’espace.

Mais GreenPod c’est aussi et avant tout une maison pensée et conçue :

  • pour les besoins des habitants,
  • plus fonctionnelle car ronde,
  • plutôt minimaliste,
  • très économique en matériaux,
  • antisismique et anticyclonique (de + en + d’actualité aujourd’hui),
  • sans chauffage grâce au stockage inter-saisonnier de chaleur,
  • bioclimatique et passive car orientée plein sud,
  • facile à construire seul,
  • intégrée au paysage,
  • plus proche de l’homme et de la nature par ses formes courbes,
  • le + autonome possible en énergies,
  • adaptée aux personnes à mobilité réduite,
  • et surtout, agréable à vivre.

Vous l’avez donc compris, GreenPod est un concept novateur, mais c’est aussi une autre façon de vivre, plus proche de la nature, en dépensant moins mais en vivant plus, plus dehors, vous dégageant plus de temps pour vous, votre famille et vos amis, plus de loisirs et de liberté…

Dans quelques semaines, je vous en dirais plus sur le concept, sa mise en œuvre, le projet de construction, l’équipe… et vous présenterais les plans de plusieurs modèles de maisons GreenPod pour célibataire ou jeune couple.

 

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 9.6/10 (5 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +3 (from 3 votes)
GreenPod concept, 9.6 out of 10 based on 5 ratings

Commentaires

  1. Il n’y a rien de vraiment novateur avec ce concept déjà éculé (comme les earthship de Mike Reynolds). Pire, il améliore très peu l’impact écologique et sanitaire de l’habitat : le choix des matériaux est limité pour garantir une étanchéité et une durabilité (essentiellement béton, le pire en matière de bilan carbone), le vitrage devra impérativement être bien orienté pour bénéficier des apports solaires d’hiver, mais sera donc étouffant l’été, la ventilation sera essentielle pour renouveler l’air (humidité, poussières, COV, …),
    Je réfléchis à ce concept (comme bien d’autres personnes d’ailleurs) depuis 7 ans environs, et je pense que la combinaison du earthship et du earthbag me semble la solution la plus pertinente au niveau écologique. La base de construction semi-enterrée est une bonne idée pour le confort thermique (les troglodytes existent depuis des siècles); il faut bien étudier son impact environnemental (terrassement, étanchéification, ventilation, éclairage naturel, …).
    Attention donc au greenwashing qui consiste à nous faire croire qu’il suffit d’enterrer une maison pour qu’elle soit écologique !

    • Bonjour et merci de votre commentaire
      J’apprécie beaucoup votre site http://www.build-green.fr et je suis heureux que vous ayez pu enfin vous manifester sur Habitat-Bulles, par un commentaire.
      Je suis tout à fait d’accord avec vous. GreenPod s’inspire des Earthships (dont les dômes sont aussi en béton), tout comme Solutionera d’ailleurs ou d’autres. GreenPod est amené à évoluer avec le temps. Pour le moment le premier module témoin (vous en saurez plus bientôt) sera en béton car c’est la technique que je maitrise et j’ai déjà une évolution de prévue dans les cartons en géopolymère.
      Mais comme vous le savez surement, la recherche, l’innovation, la construction… coutent cher, les banques sont frileuses et il faut donc trouver d’autres moyens. Chacun est libre d’innover, de créer dans son coin. Et à un moment donné, il n’est plus question de réfléchir mais d’agir. Donc j’agis, j’avance, j’apprends…
      Le but n’est pas de construire la maison idéale car celle ci n’existe pas, mais d’être dans le concret.
      La combinaison du Earthship et du Earthbag est peut être aussi une solution, comme d’autres. A vous de la mettre en place.
      Car aujourd’hui, il n’est plus question de réfléchir, mais d’agir. Si on écoute Pablo Servigne ou Jean-Marc Jancovici, l’effondrement est proche. Donc si effondrement il y a, il ne sera plus question d’écologie, de normes à respecter ou de bilan carbone, mais de survie, et de pouvoir se construire seul un habitat minimum et autonome.
      Le sujet est vaste, et comme dit plus haut, il faut agir, avancer, proposer…
      Philippe

      • Mon option étant de m’adapter à l’existant (troglo) plutôt de créer de toutes pièces un habitat adapter à mes desiderata, c’est peut dire que je partâge le point de vue exprimé dans le commentaire.

        Cela dit…

        1. Le voile de béton étant l’utilisation la plus parcimonieuse possible du béton de ciment il mérite quelque indulgence.

        2. Comme il n’y a pas des troglo partout il faut bien que ceux qui ne peuvent en bénéficier creusent leur trou eux-mêmes.

        4. Les constructions en sacs de terre présentent le double inconvénient d’être calamiteuses au plan de l’isolation et grosses consommatrices de main-d’oeuvre, donc solution bien adaptée là où il n’y a pas à se protéger du froid et où le coût du travail est faible.

        4. D’où l’intérêt de rechercher des solutions qui mixent la facilité de mise en oeuvre du voile de béton de ciment mais sans ciment tout en assurant une isolation performante et une bonne résistance aux aléas climatiques et optimisant utilisation de l’espace ET de la surface disponible (j’y travaille et suis donc TRÈS intéressé par tout ce qui va dans ce sens et d’où bravo aux deux intervenants).

        • Bonjour et merci de votre soutien,

          Il n’y a pas 1 seule solution, sinon cela se saurait et nous le ferions tous.
          Et chacun est libre d’apporter sa contribution au schmilblick.

          Au lieu de critiquer le petit entrepreneur qui « risque » de son coté, pourquoi ne pas aller critiquer directement Lafarge, Cemex et cie…
          Si je construis un petit habitat en utilisant peu de béton mais qu’au final cet habitat devient autonome en chauffage et climatisation et permet à une personne seule de concevoir et construire sa maison à moindre cout, je crois que l’impact est positif…

          Comme dit précédemment, à un moment donné, il faut arrêter les discussions et critiques, et il faut agir, essayer, créer, construire…

          Philippe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.